Interdiction de parler des prochaines élections législatives de mars 2012 dans les universités Iraniennes

Interdiction de parler des  prochaines  élections  législatives de mars 2012 dans les universités Iraniennes.

Alors que de nombreux candidats de l’opposition officielle, des militants de la société civile, des membres du mouvement ouvrier et étudiant, des syndicalistes, des intellectuels, des militants défenseurs des droits humains  appellent déjà à l’abstention générale et a boycotter massivement   les prochaines élections législatives Iraniennes, qui auront lieues en mars 2012 on assiste aux premières menaces lancées par le régime, contre les mouvements étudiants du pays.

-Nouvelles parvenue d’Iran ce 5 janvier 2012 via le site Shahrzadnews :  » Faire de la publicité et parler de la prochaine session électorale, sera interdit dans les universités » a déclaré  le  ministère Iranien des  sciences  Kamran Daneshjoo, qui a annoncé que toute les discussions ayant  pour sujet les prochaines élections législatives, avaient étés  bannies de l’université.

Les étudiants ne pourront  pas prendre part  à des discussions organisées, sans  que celles ci n’aient étés  supervisées par  les fonctionnaires travaillant pour les bureaux du « guide suprême » Ali Seyed Khamenei. Les ordres du jour de ces réunions seront également fournis par ces bureaux du « guide suprême », et les étudiants ne seront pas autorisés à soulever d’autres questions que celle voulues et souhaitées par ces officines officielles.  Au cours des années précédentes les étudiant-es avaient réussis à détourner les thèmes officiels des débats, et avaient amenés ceux ci, sur des  sujets principalement portés sur ​​le féminisme et les questions socio-politiques. Et même réussis dans certaines universités à  transformer ceux ci en manifestations de protestations spontanées.

Le ministère des sciences Kamran Daneshjoo  a cependant reconnu que ce programme pré-arrangé avait découragé d’assister à ces réunions de nombreux étudiants  et avait demandé au gouvernement  de lancer des think-tanks  et des run universitaires, afin de commenter les sujets proposés avant qu’ils ne soient renvoyés aux étudiant-es dans des centres universitaires.

Des sources iraniennes estiment la nature profondément antidémocratique et complètement truquée de ces réunions universitaires organisées par le régime, sont  les principales raisons pour lesquelles celles ci ne parviennent pas à attirer des activistes étudiants. Le ministère a indirectement reconnu ce fait en suggérant qu’il envisagerait peut être de réviser leurs critères de sélection des thèmes de débat.

Voir aussi en anglais sur Shahrzadnews:

http://www.1oo1nights.org/index.php?page=1&newsitemId=6938

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s