Nouvelle menaces de Mohamad Ali Jafari le général en chef de L’IRG contre le peuple Iranien

Nouvelle menaces de Mohamad Ali Jafari le général en chef de L’IRG contre le peuple Iranien.

Mohamad Ali Jafari  général et chef de L’IRGC

-Mohamad Ali Jafari  le général et chef de L’IRGC et des « gardiens de la révolution » craint de nouveaux troubles post électoraux pour Mars 2012 et profère de nouvelles menaces  contre le peuple Iranien.

-Nouvelles menaces contre les revoltes populaires à venir en Iran par le général de L’IRGC  et  chef des « gardiens de la révolution » Ali Jafari qui est bien connu en Iran pour sa violence et sa brutalité, est cet ex haut gradé des miliciens  Bassidj’is  Il a été nommé  général en chef de L’IRGC  en septembre 2007 sur décret du « guide suprême » Ali Seyed Khamenei en personne. Il avait remplacé  l’ancien chef de L’IRGC un nommé  Yahya Rahim Safavi qui était devenu ensuite officiellement conseiller militaire personnel du « guide suprême » il est à rappeler que Jafari et Safavi font tout deux bien sur parti des courants les plus conservateurs et réactionnaires du régime.

Nouvelles  parvenues d’Iran  ce 1er Janvier 2012- Le général Mohammad Ali Jafari , le chef du corps  d’armée des « gardiens de la révolution »  de L’IRGC a prévenu et menacé en déclarant  que « l’ennemi«  est  en phase de « planifications de troubles de rues et de  protestations sociales » qui devraient se « cristalliser et éclater autour des prochaines élections parlementaires« .

Ce dimanche 1er Janvier 2012  Ali Jafari a déclaré sur divers officines de propagande de la dictature,  que L’IRGC et les pasdarans de son corps d’armée des « gardiens de la révolution »  (sans toutefois préciser ses sources) « avaient reçues des informations montrant que ces perturbations et ces actions séditieuses ont été prévues pour une longue période. Et planifiées de longue date ».

« Ils veulent créer de nouvelles perturbations et ressusciter la sédition », a déclaré Mohamad Ali Jafari  « Et ils veulent le faire  en montrant leurs actions et en se concentrant sur la confrontation des manifestants avec le régime,  pour ainsi déformer l’image pourtant populaire de notre régime dans le monde islamique ».

Mohamad Ali Jafari  se réfère bien sur aux protestations des élections du 12 Juin 2009, qui ont été déclenchées par des allégations de l’opposition sur les fortes probabilités de fraudes électorales dans la réélection  présidentielle du dictateur  Mahmoud Ahmadinejad, comme étant des actes de « sédition ».

Quand aux troupes de  L’IRGC  et à ce qu’il faut bien appeler la maffia  du clan  Jafari   elles sont devenue  un des piliers de l’establishment policier et militaro-économique iranien  qui contrôle principalement désormais plus de 75 pour cent de l’économie Iranienne et qui se sont récemment implantés, avec le népotisme le plus total dans les secteurs de l’énergie, de l’agro alimentaire et de l’électricité *1

Mohamad Ali Jafari  et l’état major de  L’IRGC  ont ensuite exprimés leurs préoccupations quant à la possibilité de manifestations, qui pourraient éclater pendant les élections parlementaires, craignant que cette fois ci qu’elles puissent s’étendre à plus petites des villes de province reculées. Les manifestations et protestations des dernières élections présidentielles probablement entachées de fraudes électorales massives du 12 Juin  2009 s’étaient essentiellement concentrées dans les grandes villes comme: Téhéran, Ispahan, Tabriz, Chiraz, Qom,   et plus récemment en 2011 à Orumiyeh (où Ourmia) dans L’Azerbaïdjan Occidental Iranien.

Orumiyeh  est une ville qui est au bord d’une catastrophe écologique majeure qui n’est pas sans  rappeler celle qui est arrivé à la mer d’Aral dans l’ex Union Soviétique. Suite à une vague de constructions de barrages complètements délirantes planifiée depuis des années par le régime , ces constructions de barrages dans cette province, contribuent a tarir les rivières locales et à assécher le lac Ourmia qui  borde cette ville. Ce lac est le deuxième plus grand lac salé d’Iran, d’ou les nombreuses mobilisations et protestations de sa population qui furent durement réprimées cet été et cet automne 2011.

Manifestations réprimées à  Orumiyeh autonne 2011

Mêmes inquiétudes de la part du « guide suprême » Khamenei qui en privé ne cache plus sa crainte des soulèvements populaires, depuis que les  Syriens  se sont révoltés contre la dictature sanguinaire de Bachar Al Assad  la Syrie étant l’un des derniers et rares soutiens politique de la « république » des Mollahs dans la région.

La semaine dernière  le  » guide suprême » iranien, l’ayatollah Ali Seyed  Khamenei a exprimé la crainte que les élections pourraient êtres  à nouveau, un  défi de la sécurité nationale. Il a appelé « le peuple, les fonctionnaires, le clergé et les militants politiques à tenir compte de la sécurité et a se positionner contre ces défis des séditieux et a faire tout les efforts possibles pour détruire ces ennemis et tous  les Moharebeh « *2 – pendant les  prochaines élections législative qui doivent renouveler le Majles ( le parlement Iranien Ndr).

Les Élections parlementaires en Iran sont fixées pour ce mois de Mars 2012 prochain. Mais d’ors est déjà les candidats « réformateurs »  le mouvement étudiant et d’autres groupes politiques plus radicaux de la gauche et de l’extrême gauche Iranienne, suivis par des groupes du mouvement ouvrier appellent à un Boycott Massif et généralisé de celles ci.

Voir aussi sur

http://www.radiozamaneh.com/english/content/revolutionary-guards-chief-warns-against-elections-protests

Nul doute que ces déclarations et ces menaces contre le peuple et les dissidents Iranien, vont encore beaucoup plaire et faire jubiler notre extrême droite Française et ses « théoriciens » du complot, mais aussi a ces quelque chancres mous d’une soit disant  » extrême gauche anti impérialiste » Française et Occidentale qui n’on jamais montrés  la moindre once de solidarité internationaliste, avec les résistant-es, dissidents, militantes féministes, défenseurs des droits humains, activistes et militants syndicalistes emprisonés violentés et souvent torturés, dans ces  sinistres prisons de la dictature que sont par exemple , celles d’Evin ou de  Gohardascht-Rajai Shahr. Ce régime totalitaire et son tandem de dictateurs n’ayant finalement comme soutiens que ces minables qu’il mérite (ils et elles se reconnaîtront).

Notes:

*1 . Entre autres les « gardiens de la révolution » de L’IRGC ou Iranian Revolutionary Guards Corps parfois abrégés en GRI par la presse de propagande du régime , sont aussi parmi le plus grand groupe d’influence économique en Iran ( ils ont même  quasiment depuis peu supplanté  l’influence des riches  Bazaaris traditionnellement  très corporatistes, opportunistes et politiquement conservateurs, qui tenaient auparavant la majeure partie de l’économie du pays et qui avaient pourtant largement contribués à financer l’arrivée au pouvoir des Mollahs et de Khomeiny). Ils contrôlent aussi  la plupart des ports et aéroports sur lesquels passent des marchandises non déclarées et sont très impliqués dans l’organisation de divers trafics juteux liés au marché noir et a la contrebande de produits « illégaux » en Iran, ils contrôlent aussi notamment totalement  l’un des ports  le plus important d’Iran, c’est à dire le port de Abbas spécialisé dans la manutention et le routage de conteneurs. Ils détiennent aussi  et contrôlent (Népotisme du régime oblige)  quasi majoritairement l’actionnariat et les achats d’actions, dans des entreprises encore publiques, privées  où récemment  privatisées dans les secteurs du bâtiment, de la construction navale et des télécommunications.

-Au sujet du flicage du net Iranien et des communications télephoniques celui ci à été confié depuis peu aux sections jeunesses des milices Bassidj’is probablement pour leurs « services »  rendus dans la répression des protestations et soulèvements populaires des années 2009-2011.

*2 Moharebeh littéralement « ennemis de Dieux » selon  les termes judiciaires  de la « justice » de classe de la « république Islamique » des Mollahs,  sert au régime à désigner et a condamner lourdement les dissidents et les résistants  les plus actifs contre le régime, les homosexuel-les, ou encore les résistants Kurdes Iranien du PJAK , les membres de minorités religieuses considérées comme Illégales et des apostats par les lois du pays , ou encore  les Moudjahidines du peuple du MKO considérés comme un groupe « terroriste ».  Etre accusé-e d’être un-e  Moharebeh en Iran  c’est être  condamné-e d’office à la peine de mort par lapidation ou pendaison  et dans les « moins pires » des cas à de la prison à Vie.

Police anti emeutes Iranienne année 2011

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s