2 Ans ont passé et Bahareh Hedayat est toujours emprisonnée

2 Ans ont passé et Bahareh Hedayat est toujours emprisonnée

Nouvelles et témoignage parvenus ce 2 Janvier 2012 via les sites Iraniens Persian2english et Freedom Messenger et que nous relayons ici.

Bahareh Hedayat et son mari Amin avant son arrestation et sa détention à la prison d’Evin

Trois jours à peine s’étaient écoulés depuis les protestations et les manifestations de masse de l’Achoura du 27 Décembre 2009 La militante étudiante Bahareh Hedayat avait 28 ans à l’époque, elle avait été arrêtée après celles ci et transférée directement à la prison d’Evin.

C’est durant cette période de turbulences en Iran que des gens brillants et de bon cœur, comme Bahareh ont eus à payer le prix ultime de leur liberté, dans leur  partage des nombreuses luttes communes qu’ils ont faites suite aux manifestations qui avaient précédées les élections présidentielles contestées et fortement entachées de fraudes électorales du 12 Juin 2009.

Depuis ces tragiques événements de nombreux citoyens Iraniens sont contraints de faire face à de la prison. Pour les familles de ceux et celles qui se sont faits arrêter pendant ou après les émeutes du dimanche sanglant du 27 Décembre 2009  cela se traduit par des harcèlements et des menaces quotidiennes, des pressions diverses, des chantages sordides sur les droits de visites des familles en prison. Faites par les agents des forces répressives du « ministère des renseignement » et de la sinistre police politique la Vevak.

Retour sur l’arrestation de Bahareh Hedayat.

Le   30 Décembre 2009. Bahareh (qui est membre de la Tahkim Vahdat une association Iranienne d’ancien-nes étudiant-es), son mari  Amin  et un de leurs amis communs avait effectuée une visite chez le Dr Abdollah Ramezanzadeh, un porte-parole de l’ancien gouvernement « réformateur » de Khatami qui avait été libéré de la prison d’Evin, une semaine auparavant. Quand ils sont rentrés chez eux  après cette visite, Bahareh avait éclaté de rire et dit à son mari: « Si je suis capturée après cette visite, je ne vais pas être libérée de sitôt ». Elle ne se trompait pas comme la suite des événements l’ont prouvés

Alors qu’ils descendaient se promener et marcher sur  Enghelab Square. Bahareh et Amin ont été suivis. Babareh était préoccupée  Mehdi Arabshahi, un autre membre de l’association Tahkim avait été arrêté deux jours avant  et Bahareh  se faisait beaucoup de souci pour ses autres camarades étudiant-es. Son mari, Amin l’avait convaincue de faire un voyage vers la  ville de Mashhad le lendemain pour éviter les dangers de Téhéran.

C’était au coucher du soleil. Bahareh rentra chez elle pour récupérer quelques vêtements chauds  avant de partir pour Mashhad. Elle était fatiguée et  avait dit à Amin que pourtant elle ne voulait pas y aller. Alors qu’elle ramassait ses affaires, un journaliste de Radio Zamaaneh l’a appelée, et Bahareh lui a donné  ses premières  interviews.  Mais celle ci ignorait que les autorités iraniennes avaient  placée sa  maison sous surveillance étroite, bien sur à l’insu de Bahareh et Amin.

Quand ils ont quittés  la maison alors qu’ils avaient atteint le coin de la rue, deux hommes se sont approché d’eux et les ont interpellés en disant: « Mme Hedayat » la réponse de Babareh avait été de dire : « Non, vous vous trompez « Ils ont fait quelques pas en avant, quand une voiture  leur a bloqué le chemin. Mais il était trop tard pour qu’ils s’échappent Bahareh et Amin  ils  venaient de s’apercevoir et de reconnaitre  des membres  des autorités  Iraniennes dans le véhicule.

Il était environ 21h00 (heure locale). Amin et Bahareh ont tous deux étés  arrêtés et ramenés à leur domicile. Après que les autorités iraniennes aient fouillées  leur résidence pendant plus de  trois heures, ils ont finis par  rendre sa carte d’identité  à Amin.  Bahareh riait et ses yeux scintillaient. Elle avait dit: « Ce qui signifie qu’ils ne nous prennent pas tout les deux « 

Bahareh  arrêtée s’est vu dire qu’elle n’était pas autorisée à dire au revoir à son mari. Sur le pas de la porte elle ôta sa montre et sa bague de mariage pour les remettre à Amin. Il était minuit passé. Elle était assise dans la voiture et par derrière la fenêtre Amir avait  remarqué à son sourire qu’elle était et semblait amère. Mais quand la voiture des agents des forces répressive à démarrée, Amin a vu Bahareh tendant ses doigts et faire le signe V (pour la paix et la victoire).

-La minute  suivante Amin a allumé son téléphone portable et a joint le  militant étudiant, Ali Malihi  celui ci lui a dit  « Amin, pourquoi  ce coup téléphone? » Amin avait répondu: « Ils l’ont prise  et ils ont arrêtée  Bahareh, Ali« .

Aujourd’hui, date de parution de cet article nous somme le  31 Décembre 2011. Bahareh Hedayat a été arrêté il ya deux ans aujourd’hui. Elle est toujours détenue dans la prison d’Evin. Elle a été condamnée à neuf ans et demi de prison pour avoir juste  dénoncé les injustices en Iran.

Aux dernières nouvelles les juges ont également émis contre elle une peine supplémentaire de prison de six mois, en plus de ces 9 ans de détention déjà appliqués.

Lire la suite en Anglais sur les sites internet  Freedom Messenger et Persian 2 English qui ont consacrés des dossiers complet suivant tout les rebondissements de l’affaire.

http://www.freedomessenger.com/archives/45098

http://persian2english.com/?p=23309


Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s