D’autre nouvelles de Zeinab Jalalian prisonnière politique Kurde Iranienne

D’autre nouvelles  de Zeinab Jalalian prisonnière politique Kurde Iranienne.

La Cour suprême Iranienne à  finalement commuée  la peine de mort  prononcée contre  Zeinab Jalalian en peine de prison à vie, Zeinab est une prisonnière politique et de conscience kurde Iranienne . Que le régime  accuse de « participation à des groupes armées mettant en danger la sécurité nationale de la république islamique d’Iran ». Nous reviendrons dans  d’autres articles a paraitre dans les semaines à venir ,  sur le cas de cette prisonnière politique Kurde Iranienne et les cas d’autres de ses codétenu-es.

Dans une récente interview  accordée ce mois de Décembre 2011 au site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran, l’avocat de notre camarade Zeinab  Maitre Mohammad Sharif a déclaré que les autorités pénitentiaire Iraniennes avaient préalablement informées Zeinab de changements sur la peine qui avait été à l’origine prononcée contre elle par un  tribunal qui lors d’une parodie de procès,  n’avait mis que quelque minutes  à la condamner à la peine capitale. Sans que celle ci n’ait eue la possibilité d’avoir l’accès au droit d’une défense équitable.

Maitre Mohammad Sharif : « Il ya deux semaines, quand  Zeinab m’a appelé, elle m’a dit qu’elle avait été convoqué par l’unité du  service Social de la prison de  Dizel Abad à  Kermanshah, et qu’ils l’avait informée que sa peine serait commuée en peine de prison à vie  .Comme  les détenus doivent êtres en réalité  informés par l’unité d’exécution des  peine et non pas par les services sociaux, j’ai envoyé un collègue à Kermanshah  pour qu’il  leur pose la question officiellement. Lors de l’examen de l’affaire par celui ci, ensemble  nous avons réalisés qu’heureusement son exécution avait été commué en peine de  prison à vie, suite à un ordre de clémence prononcé par le Guide suprême ».

Zeinab Jalalian avait été arrêtée en 2007 en Décembre 2009, elle fut condamnée à mort sous l’accusation d’appartenance au groupe de résistance du Kurdistan Iranien le  PJAK , une cour d’appel avait confirmée plus tard sa condamnation à mort. Cette cour avait également  accusée Zeinab  d’avoir participé à des opérations de guérillas armées avec le PJAK,  une charge et des accusations qu’elle a toujours  niée. Son avocat Maitre Mohammad Sharif  avait de nouveau examiné son cas et avait déposé une demande d’appel et de clémence auprès de la Cour suprême Iranienne.  Celle ci semble pour le moment avoir été acceptée.

A  propos de ces accusations  de « connexion avec un groupe du PJAK  dans la région du  Kurdistan Iranien  et participation à des opérations armées « . il a bien sur été prouvé ensuite  que Zeinab  n’avait pas été impliquée dans aucune activité armée que ce soit, cela expliquerait le  pourquoi  de décision finale de  la Cour suprême Iranienne d’annuler  sa condamnation à mort. « Même si  Zeinab  à elle-même confirmé lors de son procès avoir eu des contacts avec le PJAK, cela na jamais prouvé qu’elle ait participée a des actions armées «  a déclaré Maitre Mohammad Sharif son avocat.

En Mars 2010, les autorités avaient  transférées notre camarade Zeinab Jalalian  de la prison de Kermanshah, vers  la terrible section 209 de la prison d’Evin à Téhéran.  A la même époque il y avait eu des rumeurs à son sujet d’une exécution imminente. Plusieurs sources ont également signalés  que Zeinab Jalalian  avait souffert de pressions physiques  et psychologiques  pour l’obliger à produire des aveux télévisés forcés.
Au sujet des allégations de torture  contre notre camarade et amie Zeinab Jalalian son avocat Maitre Mohammad Sharif  à préféré rester prudent et a déclaré sur le site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran: « Je ne  ferai aucun commentaire sur cette question.  Durant toutes les visites  que j’ai faites à ma cliente il y avait toujours avec nous dans la salle de la prison destinée aux visiteurs,  la présence de membres  des  forces de sécurité et elle n’a  jamais eu la liberté complète de me parler. Toutefois, elle ne m’a jamais rien dit à ce sujet « .

Actuellement Zeinab Jalalian  est toujours détenue dans la prison de  Dizel Abad  située dans la ville de Kermanshah  dans le Kurdistan Iranien, où elle a été de nouveau transférée à après avoir passé cinq mois dans la prison d’Evin à Téhéran.

« La semaine prochaine je vais aller à Kermanshah et j’espère être en mesure de voir ma cliente  Zeinab. Si elle accepte, je vais demander son transfert dans une prison, qui serait plus proche de son domicile et de sa famille, telle  que la prison de la ville d’Orumiyeh, parce qu’actuellement sa famille habite trop loin de la prison de Kermanshah « , a  ajouté  son avocat Maitre Mohammad Sharif.

Dans une lettre adressée en  2009 à plusieurs organisations de défense  des droits humains infranationales et Iraniennes . Notre camarade Zeinab Jalalian   avait écrit:  « Je suis une jeune  fille et militante  kurde  de 27 ans, qui a été condamnée à mort par la Cour suprême des tribunaux islamiques révolutionnaires Iraniens . En ce moment je suis malade à cause de graves tortures dont j’ai été victime. Il ne m’a pas été permis d’avoir droit  à un avocat et j’ai été condamnée à mort par ce tribunal en moins de quelques minutes. Ils  ne m’ont  même pas  permis de me défendre. Ils  m’ont dit Parce que vous êtes une Moharebeh (une ennemie de Dieu en persan Ndr), vous n’avez pas droit de vous défendre ».

Notes:

Nous espérons que des comités de soutiens Internationaux se mobiliserons pour soutenir notre camarade et amie Kurde Iranienne Zeinab Jalalian et exiger sa libération immédiate et sans conditions , si celle ci n’a pas été exécutée c’est certes du à la détermination et au courage de son avocat, mais aussi  à tout  le travail militant d’information fait en amont, par de milliers d’activistes et défenseurs des droits humains connus ou anonymes , tant en Iran, qu’au Kurdistan et dans le reste du monde.

Tous Ensemble:

Nous exigeons la libération sans condition de notre camarade  Zeinab Jalalian et des milliers d’autres opposant-es et résistant-es  Kurdes Iranien-es  qui sont ses codétenu-es. Et  nous rappelons que beaucoup d’autres prisonniers politiques Kurdes sont toujours en attente de condamnations à mort.

Nous exigeons l’arrêt immédiat des agressions militaires impérialistes conjointes des armées et de la police politique Turque et Iranienne, dans les régions frontalières du Kurdistan-Turc Iranien et Irakien.

Nous exigeons de la communauté internationale  et des Etats unis et de la France en particulier qu’elle cesse de classifier le PKK et le PJAK  comme des « organisations terroristes » et que ces deux organisations soient acceptées en tant qu’interlocutrices politique légitimes du peuple Kurde.

­ Nous exigeons également  l’arrêt des interventions militaires impérialistes de l’IRGC Iranienne et de ses « gardiens de révolution » en Syrie et qu’ils cessent d’apporter  aides  et  soutiens à la répression  du régime dictatorial sanguinaire de Bachar Al Assad.

Nous exigeons  le refus de la présence de représentants politiques du régime des dictateurs Khamenei et Ahmadinejad  au sein des conférences annuelles de  L’OIT – tant que des militants et camarades ouvriers et syndicalistes Iraniens seront emprisonnés et privés de leurs droits fondamentaux de créer des syndicats libres.

Nous exigeons l’abolition de la peine de mort et de la torture dans les prisons Iraniennes.

Nous exigeons la libération sans conditions de milliers de prisonniers politiques en Iran.

Nous exigeons l’arrêt immédiat des persécutions, violences et emprisonnements  causés par le racisme d’état  Institutionnalisé par le régime Iranien de Khamenei et Ahmadinejad ,  à l’encontre des femmes et des minorités régionales ou  religieuses en Iran.

Nous exigeons le jugement en tant que criminels  contre l’humanité  de tout les hauts responsables politiques passés ou actuels  de la « république Islamique »  qui sont ou ont étés responsables d’actes de répressions  de tortures et de violences, commis depuis la révolution qu’ils ont confisquée au peuple Iranien en 1979.

MARG BAR DIKTATORS, MARG BAR KHAMENEI, MARG BAR AHMADINEJAD.

Voir aussi sur:

http://www.iranhumanrights.org/2011/12/jalalian-overturn/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s