Si ses confessions sont diffusés, c’est des mensonges explique la sœur du journaliste emprisonné Amir Ali Allamehzadeh

Si ses confessions sont diffusés, c’est des mensonges explique la sœur du journaliste emprisonné Amir Ali Allamehzadeh.

Amir Ali Allamehzadeh

Faire des pressions sur les détenus et leurs familles et dans certains cas aller jusqu’a les torturer, dans le but qu’il fassent « des confessions publique de leurs crimes »  qui sont ensuite diffusées au cours d’émissions de Télévision à des heures de grande écoute, est une pratique courante de la dictature de Khamenei et Ahmadinejad qui a régulièrement recours a ces procédés ignobles pour asseoir et tenter de rendre crédible sa propagande ordurière et mensongère Cela s’était également passé lors de procès en Juillet-Aout 2009 et en 2010 de prisonniers politiques qui furent arrêtés au cours des protestations et des soulèvement populaires post électoraux , qui précédèrent les élections présidentielles contestées du 12 Juin 2009.

Plus de deux mois se sont écoulés depuis le journaliste iranien Amir Ali Allamehzadeh a été arrêté. Les membres de sa famille, qui ont été autorisées à lui rendre des visites en prison, n’ont pu avoir  que des contacts limités avec lui depuis qu’il a été placé en détention le 18 Septembre 2011, c’est dire comment ils restent déconcertés par son arrestation et qu’ils sont extrêmement préoccupés par les conditions de vie qu’il rencontre en prison.

La sœur d’Amir,  Zeinab Allamehzadeh, a déclaré que dans les récentes communications téléphoniques qu’elle a pu avoir  avec son frère, son discours lui a semblé anormal et  extrêmement anxieux.

« Mon frère ne semble pas  être dans un bon état psychologique », a déclaré sa sœur Zeinab Allamehzadeh dans une interview accordée  au site de la Campagne internationale pour les droits de l’homme en Iran. « Si les aveux d’Amir sont diffusés à la télévision un jour, il se trouve que  tout cela ne sera  jamais et pas juridiquement crédible ».

Zeinab Allamehzadeh a ajouté qu’elle et sa famille ne savent toujours pas pourquoi son frère a été arrêté et de quoi il est accusé. Bien que Allamehzadeh  ait été un éditeur international de l’ancien bureau de l’agence  ILNA  news, sa sœur a déclaré que pour son frère  Amir Ali Allamehzadeh des questions médicales l’ont empêché de pratiquer le métier de journaliste ces dernières années.

Zeinab Allamehzadeh : « Mon frère souffre de problèmes de disques vertébraux  abimés dans son dos et de problèmes cardiaques »  et « Tous ces éléments se sont maintenant rajoutés à tous nos soucis ».

Amir Ali Allamehzadeh est actuellement détenu à l’intérieur du quartier  2-A  de la prison d’Evin qui comme tout le monde le sait est sous le contrôle des « gardiens de la révolution » de l’IRGC.  

Zeinab Allamehzadeh  a également dit qu’elle et sa famille sont exigeants sur le  cas de son frère et passerons  par toutes  les voies légales,  » nous demandons sa libération immédiate. Mon  frère semble-t’il, veut la même chose ».

« Dans ses appels téléphoniques récents, il nous a demandé  à plusieurs reprises de lui procurer un avocat », a déclaré Zeinab Allamehzadeh. « Nous ne savons pas ce qui se passe pour lui et il ne sait pas ce que nous faisons en son nom pour le défendre « .

De rare droits de visites ont étés accordés a la famille  Allamehzadeh  mais elles ont organisées sous la supervision et le contrôle total des forces répressives de L’IRGC et des matons qui les secondent. « Tout s’est passé dans des conditions très anormales, lorsque mon frère a pu voir lors d’une visite  ma mère et mon père, ils ont étés obligés  de le faire avec la présence d’une caméra dans la salle de visite « .  Zeinab Allamehzadeh  a conclu en disant. « Avant la rencontre, mes parents lui  avaient dit de ne pas dire autre chose  que des plaisanteries familiales »

Bien que son mandat d’arrêt a été émis par la Branche générale 14 des agents du ministère de la Culture, et de la Cour chargé de surveiller les médias en Iran, son cas a été transféré à la Cour de  judiciaire d’Evin il ya deux semaines. Zeinab Allamehzadeh  dit qu’elle et sa famille ne savent toujours  pas pourquoi  son  frère a été transféré dans cette section de cette prison.

Zeinab Allamehzadeh : « Depuis ce jour, mes parents  vont tous les jours à la cour d’Evin pour obtenir une réponse, mais personne n’est responsable » et de rajouter « Nous ne savons même pas aujourd’hui  avec qui  nous sommes confrontés et avec lesquels nous devons parler » .Nous ne savons pas vraiment plus quoi faire »

Voir aussi sur:

http://www.iranhumanrights.org/2011/12/allamehzadeh-sister/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s