La vente de moyens électroniques de répression à l’Iran doit cesser

La vente de moyens électroniques  de répression à l’Iran doit cesser


Au cours du mois passé, il ya eu des nouvelles,  des rapports et des mises au points révélant que plusieurs entreprises européennes ont de nouveau été impliquées a grande échelle, dans des transactions et des ventes d’outils de  télécommunications et de technologies informatiques au régime iranien. Ces technologies sont utilisées dans le suivi et l’identification de dissidents et d’opposant au régime. Cette collaboration active avec des organes répressifs du régime, sont le fait d’entreprises comme  Ericsson AB basée à , Stockholm, Software Ltd au Royaume-Uni , Adaptive Mobile Security Ltd basée à Dublin, qui sont connues comme étant  des sociétés faisant de grosses « affaires »  avec la Compagnie des télécommunications de l’Iran mais aussi des entreprises qui fournissent des lignes téléphoniques et des réseaux internet en Iran, comme Irancel.[1].

Dans les milieux de la communauté officielle et officieuse des défenseurs des droits humains en Iran la divulgation récente de  ventes des systèmes répressifs et de coercitions électroniques à la République islamique pour la restriction des libertés civiles et politiques est pourtant bien  connue.

L’Iran a été plusieurs fois condamné par l’UE pour ce brouillage des transmissions internationales  par satellite dans le pays afin d’empêcher leurs émissions. Maintenant il ya de nouveaux documents qui sont apparus , des interviews avec des témoins et des victimes sont parues , Celles ci nous expliquent la manière dont les agents des forces répressives du régime utilisent ces technologies occidentales, généralement acquises par le Ministère des renseignements, la Vevak ( l’équivalent des Rg et de la D.c.r.i Iranien ), ou la milice Bassidj’i  pour enquêter, fliquer, poursuivre, emprisonner, voire faire  purement et simplement supprimer physiquement des citoyens du peuple Iraniens qui courageusement s’opposent à la dictature et cela qu’ils soient en exil à l’étranger comme encore présent dans le pays  .

Des groupes d’activistes et résistants a la dictature  ont toujours maintenus que ces technologies vendues à l’Iran par les entreprises qui sont basées dans les pays se prétendant les  représentants universels des valeurs des droits de l’ homme et la démocratie, Ne  sont utilisées que pour censurer et  bloquer la libre circulation des informations entre les citoyens de l’Iran et le reste de la population mondiale. Pour ces opposants iraniens à la dictature des Khamenei et Ahmadinejad la communauté mondiale doit à présent  voir et dénoncer clairement comment ces technologies occidentales vendue a l’Iran, servent non seulement à  limiter le flux d’informations mais qu’elles  aident aussi a la répression de militants des droits civiques et humains dans le  pays.

La République islamique d’Iran a montré que ses efforts faits dans sa réalisation de croissance, d’excellence en sciences et technologies ne sont pas faites pour le bien de ses concitoyens, mais plutôt pour le renforcement du pouvoir et du régime en place. Certes, les entreprises européennes qui vendent des technologies à leur profit le font peut être pour  leur propre développement économique, mais ou est la morale ?  quand celles ci  sont utilisés pour violer les droits humains de millions d’Iraniens, Aucune justification économique ne peut justifier moralement d’être affilié à l’un des gouvernements les plus répressif du monde d’aujourd’hui.

Pour nombre d’opposants  Iraniens ce n’est pas « responsabiliser » la République islamique d’Iran que de lui fournir des outils technologiques et des « aides » qui  violent gravement les droits humains des citoyens du pays, pour ces opposants cela ne peut que perturber gravement la stabilité mondiale que d’aider ainsi la dictature. Un autre exemple décrit par ces opposants Iraniens annonce que  récemment le gouvernement néerlandais avait annoncé que les utilisateurs d’Internet en Iran avaient  été espionnés par des pirates Iraniens travaillant pour le régime, après qu’une brèche de sécurité ai permise à ces pirates de voler des million de certificats de sécurité. Cela a été considéré comme une menace énorme pour la cybersécurité mondiale. Les gouvernements occidentaux doivent être conscients des périls découlant de ce gouvernement irresponsable, mais aussi que le soutien ou l’organisation de telles opérations commerciales avec la dictature finira par atteindre leurs propres portes.

Le collectif  Human Rights House in Iran condamne le comportement irresponsable des entreprises mentionnées plus haut et celle de toutes les personnes qui, au nom du profit vendent des équipements et technologies de renseignement pour aider un gouvernement connu pour son triste record du mépris des droits humains. Ces entreprises sont des partenaires opportunistes de cette dictature et ont donc une responsabilité pour les actions répressives prises par le régime. La vente de toute ces  technologies de filtrages, de détection ou d’identification n’a comme résultats  que la restriction des libertés individuelles et l’arrestation de milliers de dissidents Iraniens, c’est une violation flagrante des droits humains. Ceux qui vendent ces technologies doivent être tenus un jour pour responsables de leurs actions et devront d’une manière ou d’une autre êtres jugés pour cela.

Le collectif Human Rights House in Iran  condamne  tout acte qui viole la liberté fondamentale des citoyens iraniens , il demande aux gouvernements du monde libre de faire preuve de responsabilité en empêchant les actions de recherche de profit de ces  entreprises dans leurs pays, il exige que ces entreprises respectent les droits humains et de ne pas se faire les défenseurs de gouvernements qui violent le respect des droits humains.

Le collectif Human Rights House in Iran  demande à tous les organismes et militants des droits humains et spécialement au Conseil des droits l’homme de l’ONU la ferme condamnation de tels actes, de demander aux pays qui sont signataires de la Charte des droits de l’homme de s’abstenir de soutenir les gouvernements non démocratiques qui sont connus comment violant et bafouant les droits humains , il dénonce la complicité de ces entreprise occidentales avec l’Iran des Khamenei et d Ahmadinejad  dans leurs violences commises contre leurs  citoyens.

Le monde libre doit être responsable de ses obligations internationales pour protéger, développer et élargir la liberté de toutes les nations, il se doit d’aider et soutenir les défenseurs de la libre circulation de l’information, tout en rejetant la censure, la répression de la liberté de parole et les abus de pouvoir commis contres les droits de l’homme en Iran.

Article en persan:

http://www.rahana.org/archives/45757

[1]  Ce n’est pas un fait nouveau on connait déjà les collaborations actives de Nokia et Siemens avec la dictature en matière de répression

http://www.wired.com/threatlevel/2009/06/nokia-siemens-boycott

https://soliranparis.wordpress.com/2011/10/31/quand-siemens-et-nokia-vendent-des-logiciels-espions-aux-pays-totalitaires-dont-liran/

Soliranparis contact nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s