Un journaliste Kurde Iranien emprisonné resté 1500 Jours sans permission de sortie pour se soigner.

Un journaliste Kurde Iranien emprisonné resté 1500 Jours sans permission de sortie pour se soigner.

Nouvelles qui nous parviennent via le site Persian2English ce 20 Octobre 2011 -La violation des droits les plus fondamentaux des prisonniers kurdes Iraniens est devenue  une pratique courante dans les prisons en Iran. Récemment, un certain nombre de prisonniers kurdes Iraniens  inconnus, se sont lancé des grèves de la faim pour protester contre les conditions déplorables qu’ils sont forcés d’endurer.

À la fin du mois Juin, trois hommes kurdes Iranien détenus dans la  prison inhumaine de Gohardacht-Rajai Shahr (située prés de la ville de Karaj)  sont entrés dans leur 26e jour de grève de la faim, d’autres rapports ont  comptés jusqu’à 25 prisonniers politiques qui sont en grève de la faim dans divers centres de détention. En Juillet, Jamal Alizadeh, un Kurde Iranien détenu à la prison centrale d’Orumiyeh (située dans la province  ouest de l’Azerbaïdjan Iranien), s’est  également lancé une grève de la faim.

Il ya un autre prisonnier, journaliste kurde Kamal Sharifi, a lui aussi risqué sa vie, dans l’espoir de faire respecter ses droits prisonnier de base . Sharifi  s’est lancé une grève de la faim en Juillet pour protester contre les conditions carcérales inadaptées et la violation de ses droits en tant que prisonnier de conscience. Il est resté  55 jours sans manger, il a fini la grève sur demande de sa mère. car Sharifi  a perdu 25 kg suite a cette gréve de la faim.

Avant la récente visite de sa mère  qui était venue lui demander de mettre un terme à la grève de la faim, Kamal Sharifi  avait  été interdit de recevoir des visites de sa famille et de ses proches mais on l’avait également privés de ses droits les plus élémentaires  de prisonnier. En outre c’à prisonnier politique kurde s’est vu refusé une permission de sortie provisoire pour se soigner pendant plus de 1.500 jours. Sharifi est depuis maintenu en exil intérieur et a été transféré dans  la prison de Hormozgan, située dans le sud de l’Iran.

Son frère Taha Sharifi a parlé à Jaras un site d’opposition:  » ils ont d’abord  interdit à mon frère Kamal Sharifi de recevoir des visites. Nous avons seulement étés autorisés à lui rendre visite au 55 éme jour de sa grève jours. Lors de cette visite avec mère  je lui ai demandé de mettre fin à sa grève  ce qu’il a accepté. Dans les appels téléphoniques courts qu’il avait été autorisé à faire, il nous avait déjà  informés  que nous n’aurions pas la possibilité qu’il nous donne  des nouvelles sur sa condition et son état de santé. Il nous a contacté il ya quelques jours et m’a dit qu’il a des douleurs et des problèmes dans jambes, mais aussi qu’il doit être examiné par un spécialiste extérieur de la prison. Nous ne savons pas si les autorités pénitentiaires  lui permettront de consulter un spécialiste en dehors de la prison. Quand nous sommes allés lui rendre visite, ses mains et ses pieds étaient enchaînés.  Il est détenu dans le même quartier que les détenus purgeant une peine pour des charges liées au trafic de drogue … « 

Sa sœur Mahnaz Sharifi avait déclaré auparavant au site du journal  Jaras: «Nous demandons aux autorités iraniennes à respecter les prisonniers politiques et se pencher sur leurs revendications. Nous demandons à ce que les détenus qui ont besoin d’attention médicale  soient autorisés a recevoir des soins. Nous voulons une surveillance accrue pour les prisons et les conditions des prisonniers politiques. Nous demandons à ce que les droits fondamentaux des prisonniers politique et  de conscience, comme les visites et les permissions de sorties provisoires pour se soigner en cas de problèmes de santé,  puissent  êtres respectés, de sorte que leurs familles ne souffrent pas d’avantage. Mais que pouvons-nous faire?  Personne n’entend nos voix!  »

Taha Sharifi : «Mon père et ma mère sont plus âgés et ils veulent voir leur fils. Cependant, pas une seule visite ne nous  a été accordée. Nous avons correspondu et rencontré en personne avec des responsables différents. Nous avons écrit une lettre à M. Khamenei (le chef et guide suprême iranien) et une autre à Mahmoud Ahmadinejad (le président iranien), mais nous n’avons reçu aucune réponse à ces lettres. Seul M. Shahroudi, le représentant de M. Khamenei, nous a donné une lettre pour que nous puissions consulter Kamal et lui demander de mettre fin à sa grève après qu’il ai perdu 25 kg. « 

Taha Sharifi explique en outre que les avocats Kamal Sharifine peuvent rien faire . « Le  premier avocat  de mon frère était Mme Shirin Ebadi,  a maintenant quitté l’Iran. M. Abdolfattah  Soltani, son autre avocat, a été arrêté et est en prison. Maintenant il a un nouvel  avocat qui est M. Sheikhi, mais il n’y a rien qu’il puisse faire. »

En 1999, le « Tribunal révolutionnaire » de  la ville de Saghez  avait condamné Kamal Sharifi à 30 ans de prison à purger dans l’exil. Il a été accusé d’être un  «Moharebeh» (ennemi Dieu). Son père Bayazid Sharifi avait dit précédemment, « Kamal veut être jugé équitablement et il est en mesure de demander au juge  qu’est ce qu’il a fait commis comme » crime’  pour mériter autant de  souffrances et une si longue peine d’emprisonnement. »

Voir aussi en Anglais et en Persan sur

http://persian2english.com/?p=22163

http://www.freedomessenger.com/archives/40118

http://lissnup.wordpress.com/2011/06/23/iran-prisoner-hunger-strike-spreading-despite-pleas-to-end/

http://www.en-hrana.org/index.php?option=com_content&view=article&id=439:kurdish-political-prisoner-jamal-alizadeh-on-hunger-strike&catid=14:ethnic-minorities&Itemid=9

http://www.rahesabz.net/story/43113/

http://www.rahana.org/en/?p=11449

Soliranparis contact: nomore@riseup.net

 

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s