La répression autour des mobilisations pour sauver le lac Ourmia continue

La répression autour des mobilisations pour sauver le lac Ourmia continue

Pour le chef des forces répressives de la région de l’Azerbaïdjan Iranien, les militants écologistes Iraniens et Azerbaidjanais sont des « terroristes »

 Le commandant des Forces répressives de  la province Iranienne de l’Est Azerbaïdjan a récemment  déclaré: «La plupart des personnes arrêtées lors des séditions liées au Lac Orumieh sont des criminels avec des dossiers chargés qui avaient d’autres plans que de sauver le lac d’Orumieh « .

Massoud Khoramnia le chef des forces répressives locales a déclaré. «Ce groupe de personnes ont été arrêtées en raison de leurs activités criminelles et parce qu’elles perturbaient  la sécurité publique, des dossiers criminels  ont été déposés contre elles, et on étés remis aux autorités judiciaires ». Massoud Khoramnia a ensuite conclu en disant « Un groupe de ces gens qui n’ont pas joués pas un rôle central dans ces activités subversives et qui ont été trompés » ont pour la plupart libérés sous caution ».

La volonté du régime de criminaliser tous les militants écologistes, Azéris et Iraniens qui se battent contre l’assèchement du lac Ourmia, qui risque de provoquer une catastrophe écologique majeure dans la région, est donc flagrante elle se traduisent au niveau de la province par des dizaines d’arrestations quotidiennes . Depuis ces deux dernier mois d’importantes mobilisations très durement réprimées ont eues lieues dans les principales villes la province de l’Azerbaïdjan Iranien située au nord du pays

Situé dans le nord-ouest de l’Iran, l’Ourmia est le plus grand lac du Moyen-Orient, avec une surface qui oscille entre 5 200 et 6 000 kilomètres carrés. Comme la mer Morte, il est extrêmement salé. Depuis 1967 il était  classé zone humide protégée et l’Iran  s’employait  à préserver et à développer  un tant soit peu sa faune et sa flore, dans les faits il n’en est rien  depuis des années, le régime a continué  un plan de  constructions de plusieurs  barrages sur des rivières  qui lui apportaient des apports d’eau douces, comme  la Talkheh (Aji) ou les riviéres  jumelles Zarineh (Jagatu) et Simineh (Tatavi)  ont contribuées a son assèchement progressif.

Lire en anglais

http://www.freedomessenger.com/archives/38586

Lire aussi en persan sur

 http://www.asriran.com/fa/news/183643

Soliran paris contact: nomore@riseup.net

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s