Iran Libération immédiate de Faranak Farid


Iran Libération immédiate de Faranak Farid .Le Comité des écrivains en prison (WiPC) ou PEN International est  gravement préoccupé par le bien-être du journaliste, poète et activiste Iranienne Faranak Farid, qui a été arrêtée le 3 Septembre 2011 à Tabriz, au nord-ouest de l’Iran, apparemment pour son activisme pacifique ses écrits sur l’environnement et sur les  enjeux et les droits des femmes. Elle aurait été sévèrement battue lors de son arrestation et également maltraité au cours des longues séances d’interrogatoire qui  ont suivies au centre de détention de la police de Tabriz, les premiers jours de sa détention. Les demandes pour des traitements médicaux ont été refusés et les préoccupations sur son bien-être sont préoccupantes. le  (WiPC)PEN International demande la libération immédiate et inconditionnelle, de  Faranak Farid conformément à l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel l’Iran est signataire. Il exhorte également  la « république » d’Iran comme une question d’urgence. Pour que tous les soins médicaux nécessaires, soient accordés à Faranak Farid.

Selon les informations du (WiPC)PEN l’écrivaine Faranak Farid, est rédactrice en chef du mensuel Iranien  interdit Dilmaj, poète et activiste des droits des femmes, elle a été arrêtée par des policiers en civil alors qu’elle faisait les boutiques de la ville de Tabriz le 3 Septembre 2011. Les forces de sécurité ont ensuite perquisitionné son domicile et saisi son ordinateur et des documents personnels. Elle a été arrêtée suite à sa participation à une manifestation pacifique contre les politiques environnementales desastreuses,  des autorités iraniennes qui affectent le lac Ourmiah dans le nord-ouest de l’Iran,  elle et est aussi la cible du régime pour ses écrits son activisme dans la défense des droits des femmes. Elle est  désormais considérée comme devant faire  face à des accusations pour «insulte au Guide suprême», «propagande contre le système», et  » d’avoir agie  contre la « sécurité nationale».

Faranak Farid (nom de plume Ipek), 50 ans, est une écrivain de premier plan éditrice d’un mensuel et militante des droits des femmes. Ses publications comprennent le recueil de poèmes Yuxuda Ayilmaq, publié en 2009, et un autre recueil Jiziq, actuellement en cours de publication. Elle est membre fondateur de la Campagne féministe Iranienne des  Un million de signatures et a participée à de nombreuses conférences et séminaires à l’intérieur et l’extérieur de l’Iran.

Elle est actuellement détenue  à la section des femmes de Tabriz la prison centrale, où elle à craindre d’être la cible mauvais traitements. Sa sœur a été autorisée à lui rendre visite  pendant 45 minutes, le 12 Septembre 2011, mais un avocat indépendant nommé pour représenter son n’a pas encore eu accès a des droits de visites pour s’entretenir avec Faranak Farid .

Amnesty International donne les renseignements généraux suivants:

Faranak Farid est membre de la One Million Signatures Campaign, également connue sous le nom de la Campagne pour l’égalité. Elle est également membre de la minorité azérie en Iran, une poétesse, une  traductrice et éditrice de la section des femmes de  Dilmaj  un mensuel interdit par le régime. En 2008, elle a été convoqué au ministère du Renseignement pour interrogatoire au sujet d’une conférence sur les droits des femmes  Iranien a laquelle elle devait assister en Turquie.

La campagne Un million de signatures, lancée en 2006, est une initiative populaire composée d’un réseau de personnes engagées à mettre fin à la discrimination contre les femmes dans le droit iranien. La campagne donne une formation de base juridique pour les bénévoles, qui voyagent  à travers le pays pour promouvoir la campagne. Elles parlent avec des femmes dans leurs maisons, ainsi que dans les lieux publics, pour leur parler de leurs droits et la nécessité d’une réforme juridique. Les bénévoles ont également pour objectif de recueillir un million de signatures des citoyens iraniens avec une pétition exigeant la fin de la discrimination légale contre les femmes en Iran. Des dizaines de militantes de la Campagne,  ont été arrêtées ou harcelées pour leurs activités de cette Campagne, en collectant des signatures pour la pétition. Plusieurs sont actuellement détenues et purgent des peines de prison pour leurs activités au nom de la Campagne.

Les Azerbaïdjanais Iraniens parlent une langue d’origine turque, et sont principalement musulmans chiites. Comme la plus grande minorité en Iran, ils représentent 25 à30 pour cent de la population, ils vivent principalement dans le nord et le nord-ouest du pays et à Téhéran. Bien que généralement bien intégrés dans la société iranienne, au cours des dernières années, ils ont de plus en plus appelés à  avoir davantage de droits culturels et linguistiques,  et le droit à l’éducation dans les écoles et université  en turc azéri.

Le Lac Oroumieh (également orthographié Ourmia, Urumieh, Orumiyeh) est un lac salé dans le nord-ouest de l’Iran. Le lac est situé entre les provinces iraniennes de l’Azerbaïdjan oriental et de l’Azerbaïdjan occidental. Il est le plus grand lac au Moyen-Orient et le troisième plus grand lac d’eau salée sur  Terre. Depuis quelques années   plus de 40 barrages ont été construits sur les 13 rivières qui alimentent le lac. La récente sécheresse, qui a débuté en 1999, a considérablement diminuée les apports d’eau douce annuels que  le lac reçoit. Cela a augmenté la salinité de l’eau, et on peut  craindre une catastrophe écologique majeure dans cette région d’Iran.

Au début d’avril 2011 des immenses manifestations ont eu lieues à Tabriz, Oroumieh et dans d’autres  villes où les Azéris Iraniens vivent,  ces manifestations interpellaient les autorités iraniennes pour demander  le démantèlement de ces barrages sur les rivières qui alimentent le lac en raison du risque que le lac Oroumieh  pourrait se tarir. Lors des  protestations les années précédentes, les manifestants avaient apportés symboliquement  des verres d’eau  qu’ils avaient versés  dans les rivières alimentant le lac ou le lac lui-même.  Depuis d’autres témoignages nous sont parvenus  nous indiquant que les forces répressives Iraniennes. Auraient   utilisé le recours  excessif a la  force contre les manifestants; des rapports non confirmés suggèrent  aussi que plusieurs manifestants auraient été tués, au cours de ces manifestations.

voir aussi: Iran: Azerbaïdjanais arrêtés en signe de protestation lac, UA 102/11

http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE13/038/2011/en

http://www.internationalpen.org.uk/go/committees/writers-in-prison

http://www.internationalpen.org.uk/index.cfm?objectid=8C2A7B92-CC4A-2CE0-C6096797FAAA67C7

Site de la Campagne pour les Un Million de Signatures

http://we-change.org/english/

page en francais

http://we-change.org/english/spip.php?rubrique7

soliranparis contact: nomore@riseup.net

===============================================

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s