Les prisonniers Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaie ont étés éxecutés

Les prisonniers Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaie ont étés éxecutés

24 janvier 2011

Ce lundi matin du 24 janvier 2011 les deux prisonniers politiques, Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaie ont été exécutés. Selon l’annonce faite par le bureau du procureur de Téhéran, ces deux prisonniers politiques avaient étés étiquetés comme des « hypocrites » qui étaient liés au «groupe hypocrite» (hypocrite est le terme péjoratif de la République islamique d’Iran utilise pour désigner le groupe d’opposition politique des Moudjahidine du peuple Une Organisation d’opposition au régime de l’Iran)

Mardi dernier, Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaie avaient été transférés à la section 209 de la prison d’Evine, et sommés par le régime et les agent de la dictature de donner de faux aveux télévisés.

Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaie ont refusés de participer a cette mascarade du régime , malgré cela  pour des raisons inconnues, leurs exécutions avaient été suspendues mercredi dernier  , ils ont étés ensuite  transférés  dans la section 350 de la prison d’Evine.

La section 28 du tribunal révolutionnaire de Téhéran, présidée par le juge Moghiseh, a  chargé les deux prisonniers politiques comme étant des « Moharebeh » et pour « inimitié contre Dieu » , en rapport avec des activités « subversives » contre le régime Leurs peines ont été confirmées ensuite par la branche 36 de la Cour d’appel du tribunal révolutionnaire de Téhéran.

Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaie avaient étés arrêtés le 18 Septembre 2009, après avoir assisté à des rassemblements de protestation post-électoraux à Téhéran. Ils ont subi la tortures, des coups et des pressions psychologiques constantes des matons et de la direction de la prison d’Evine, qui voulaient obliger Jafar et Ali Haj à « confesser »  publiquement ce dont le régime les accusaient , sur les chaines de  propagande radios et Tv de la dictature

L’avocat de ces deux prisonniers politiques , se sont vus quand a eux , plusieurs fois refusés leurs  droits d’étudier les dossiers et d’organiser leurs défense, plusieurs fois également la cour du tribunal de Téhéran avait sciemment saboté et organisé des retards de courrier qu’elle devait pourtant envoyer a leurs avocats

Jafar Kazemi était un prisonnier politique qui fut déjà arrêté dans le début des années 1980. Il a passé neuf années en prison pendant ce temps. Mohammad Ali Haj Aghaie a également été emprisonné de 1981 à 1982.

D’autres prisonniers politiques ont été récemment exécutés, comme Ali Saremi et Hossein Saremi  Khezri, malgré les protestations locales et internationales d’organisations de défenseurs des droits humains

Le régime illustre donc une fois de plus, sa violence, et son mépris des droits humains, il est d’ailleurs a craindre que d’autres vagues d’exécutions aient lieus dans les semaines a venir

http://persian2english.com/?p=19288

http://iranhr.net/spip.php?article1967

Iran Human Rights, le 24 janvier : cinq prisonniers ont été pendus à la prison d’Evin ce matin et un prisonnier a été pendu en public à Karj (à l’ouest de Téhéran) tôt ce matin.

Citant le procureur général de Téhéran, l’agence de presse gouvernementale IRNA, a écrit : Jafar Kazemi et Mohammad Ali Haj Aghaei, ont été condamnés pour Moharebeh (en guerre contre Dieu), et pour leurs liens avec l’organisation de Mujahedin-e-Khalgh (MEK). Ils ont été accusés d’avoir participé aux manifestations post-électorales et pour y avoir distribué des photos et des bannières liées au MEK, d’avoir pris des photos et filmé des images des violences ainsi que pour avoir entonné des slogans en soutien à l’organisation.

Selon des sources iraniennes, ces prisonniers ont nié avoir participé lors d’aveux télévisés, malgré l’énorme pression des autorités iraniennes.

Iran Human Rights avait prévenu de l’exécution de ces prisonniers et imploré la communauté internationale de réagir.

Aujourd’hui, Mahmood Amiry-Moghaddam, le porte parole d’Iran Human Rights, a condamné fermement ces exécutions. Il a déclaré : le régime iranien tente de maintenir la barrière de la peur qui avait été détruite par le peuple pendant l’été 2009. Il a ajouté : les responsables de ce régime sont très conscients du fait que de semer la terreur parmi le peuple en exécutant ces prisonniers est le seul moyen de survie pour les autorités Amiry-Moghaddam implore la communauté internationale de condamner ces crimes et indique : « les responsables du régime iranien, surtout M. Ali Khamenei, doivent être tenus pour responsables des crimes qu’ils ont commis contre le peuple iranien.

Trois autres hommes ont été pendus à la prison d’Evine à Téhéran, condamnés pour viol. Ces trois hommes ont été identifiés comme : Ghavam Atakeshzadeh, Mostafa Karimi Khaneghah et Reza Dehghan. Ils avaient été condamnés en 2007 pour le viol d’une mineure selon les agences de presse gouvernementales.

Tôt ce matin, un autre homme a été pendu en public à Kraj (à l’ouest de Téhéran). Il a été identifié comme Omid (28 ans) et avait été condamnés pour 10 meurtres.

Avec les exécutions de ce jour, au moins 70 personnes ont été exécutées depuis le début de l’année 2011 en Iran ; pourtant ces exécutions n’ont toujours pas été condamnées par la communauté internationale.

____________________________________

contact soliran paris

nomore@riseup.net

_______________________________

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s