15 décembre à la veille de l’Achoura premiers affrontementa a Ispahan et dans d’autres villes d’Iran

 

15 décembre à la veille de l’Achoura  premiers affrontements à  Ispahan et dans d’autres villes d’Iran

Premiers rapports et recoupements d’information qui nous arrivent par le biais de plusieurs sites iraniens

 

Ispahan 15 décembre 2010

 

À 21 heures (heure locale), le mercredi 15 décembre 2010, des affrontements ont éclatés  lieu entre des manifestant, et  les forces répressive des miliciens Bassidj’is à proximité du domicile de l’imam dissident, l’ayatollah Taheri.

 

Cet affrontement s’est produit lorsque les forces du Bassidj ont violemment chargé un groupe en criant «mort aux anti-Velayate Faqih » (anti-chef suprême Khamenei) en  réponse la foule a aussitôt commencée à scander «Mort au dictateur » et« Abbas  avec nous» (en référence à un saint chiite)

 

Un certain nombre de voitures des forces répressives de sécurité sont immédiatement entré en scène et les agents ont  arrêtés au moins 10 personnes. Une jeune fille de 23 ans a également été sévèrement battue  et est actuellement hospitalisé.

En outre, des affrontements ont eus lieu entre un  groupe de 150 derviches qui pratiquaient des rituels de deuil et les forces de sécurité dans le quartier de Shahrekord. Les forces répressives les ont chargés pour les empêcher de déployer une banderole qui appelait à fêter l’Achoura dans leur locaux, les bassidj’is les ont ensuite forcés à rester dans ces locaux, ce n’est seulement qu’après qu’un groupe de 10 derviches soit intervenu que les bassidj’is, sont allés se déplacer  plus loin

 

.
Toujours a Ispahan ce 15  décembre  à environ 21 heures heure locales des jeunes ont violement pris a parti, cinq membres des forces répressives de sécurité, devant la station police de Shah Abdolazim de Shahr-e Rey. Les jeunes manifestants ont brisé les vitres d’une voiture de police en scandant « Mort à Khamenei». Les forces répressive ont étés prises de court par la réaction des jeunes et leur ont laissés le terrain en étant incapable de revenir et de charger à nouveau

 

ISC iran students comités

 

http://droi.wordpress.com/2010/12/16/mourners-and-basij-clash-in-isfahan-and-shahrekord-on-tasua-dec-15-2010/

 

Situation tendue dans d’autres villes iranienne les premiers rapports

 

A Varamine, lors d’affrontements  la population a détruit un panneau géant où pendait des portraits de  Khomeiny et Khamenei, et les ont littéralement mis en en piéce . A 21h00, heure locale la population a fait fuirai toute une  brigades anti émeutes , aux cris de « Mort au Dictateur » plusieurs agents des forces répressives blessés ont du fuir devant la colère de la foule

 

A Racht, dans le nord de l’Iran, la nuit du 15 a 16 décembre dans la rue Taleghani, la population a violement prise a parti des bassidji‘s et des agents en civil supposés de la vevak, qui s’en étaient pris a des femmes et des jeunes fille  dont il trouvaient les tenues « indécentes pour les jours de l’Achoura » la foule a répliquée en scandant« Mort au dictateur » suite a ces affrontement trois personnes ont été blessées , et un agents des forces répressives a été blessés également

 

15 décembre place Vanak de Téhéran, à 19h30 heure locale  la population a hué des agents de la propreté de la ville qui déchiraient des affiches appelant a manifester, devant la tension et la colére de la foule les agents sont repartis et ont laissé les affiches tranquille

Tensions, également  a 21h00 heure locale lorsqu’une une procession religieuse  sur la place Ferdoussi a été bloquée par les focres répressives de sécurité. Aussitôt la foule a répliquée « Mort au Dictateur Mort au guide suprême » au même moment sur la place Enghelab, des affrontements ont éclatés entre les agents des forces répressive de sécurité qui avaient arrêté 4 jeunes femmes pour « tenues indécentes » la situation est restée très tendue toute la nuit dans ce quartier

 

A Jannat-Abad, au nord-ouest de la grande place Azadi de Téhéran, des cortèges religieux et la population se sont affrontés contre les  forces répressives de sécurité. Sur la place de l’Imam Hussein on dénombre 3 arrestations

Avenue Eskandari, les nopo’s (les voltigeurs anti émeutes motocyclistes)  on commencés à vouloir interdire le passage a une procession devant la colère de la foule ils ont du laisser leur moto qui ont aussitôt étés confisquée par la population du quartier

Depuis ces premiers incidents du 15 décembre 2010   Téhéran  s’est retrouvé littéralement quadrillés de troupes anti émeutes, de milliciens bassidj’is et de civils de la vevak

A suivre donc car les informations arrivent très lentement d’iran suite aux filtrages d’internet par la dictature

____________________________

contact soliran paris

nomore@riseup.net

__________________________________________

Cet article, publié dans Prison Iranienne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s